Renée, 40 ans

mai 19, 2017


Depuis son enfance, Renée a toujours posé un regard dur sur son corps. Ce n'est qu'à l'aube de ces quarante ans qu'elle a enfin pu se détacher du jugement des autres et s'accepter telle qu'elle est. Témoignage :


Dans ma famille, seule l'intelligence est importante. 


Petite et adolescente, je n'ai jamais reçu de mots gentils sur mon apparence. Depuis que je suis pré-ado, je n'ai eu le droit qu'à des "tu es grosse" ou encore "dommage, elle était si mignonne quand elle était petite". Je me souviens encore de la période du collège où les garçons donnaient des notes aux filles. J'avais obtenu un 6. Je n'ai jamais su si c'était un 6/10 ou sur 20. Dans ma tête, ce 6 s'ajoutait aux gentillesses délivrées par mon entourage familial. Ado, j'étais rondelette comme de nombreuses jeunes filles au moment de la puberté. L'adolescence est un âge ingrat auquel je n'ai pas échappé. J'ai eu peur de prendre soin de moi, ce qui ne servait à rien puisque de toute façon, j'étais moche. Ma grand-mère a fini d'enfoncer le clou quand fière du joli pull que j'avais reçu pour mon anniversaire elle me dit : "il est beau ton pull, il doit être chaud... c'est dommage il te boudine". J'avais 14 ou 15 ans. J'ai porté mon pull mais je ne me suis jamais sentie à l'aise quand je le mettais. Je traquais le bourrelet, je portais des vêtements amples. Tout, pourvu qu'on ne puisse pas deviner ce corps tellement disgracieux qui était le mien. Rétrospectivement, quand je vois des photos de moi, je vois surtout une jeune fille mal dans sa peau et cherchant par n'importe quel moyen à être transparente. Invisible. Effacée. Inexistante.



Longtemps j'ai cru que je n'avais pas le droit d'être féminine.


Jeune adulte, les quelques fois où je tentais d'être féminine j'avais le droit à des réflexions et des moqueries sur mon poids ou mon allure. Le maquillage n'en parlons même pas. Ce n'était pas pour moi. Implicitement mes parents me défendaient d'en porter. Quand par envie, j'osais mette du mascara, il y avait toujours un proche pour me dire que ça ne m'allait pas et que ce n'était pas moi. Pendant des années, je me suis sentie déguisée lorsque je tentais de mettre du fard à paupière ou du rouge à lèvres. Longtemps, j'ai cru que je n'avais pas le droit d'être féminine ni de mettre mon corps en valeur. J'étais intelligente et moche. Voilà le message transmis par ma famille.


J'étais persuadée d'avoir un corps peu harmonieux.


Avec les années et les rencontres, j'ai vécu des périodes difficiles et des intimités douloureuses. J'étais persuadée d'avoir un corps peu harmonieux et bourré de défauts : cellulite, fesses molles, ventre rond et seins pas assez hauts... J'exprimais mon désamour par un profond mal-être et une forte agressivité. Je maltraitais mon corps en l'oubliant, en le cachant et en m'alimentant n'importe comment. Entre mes 25 et mes 27 ans, j'ai pris puis perdu environ 25 kilos. Je mangeais, je mangeais, je mangeais, je me cachais dans le gras. Je regardais la balance qui augmentait et plus le poids grandissait plus je culpabilisais et me sentais moche. Mais après tout, ne l'étais-je pas réellement ? A 26 ans, je ne sais pas trop pourquoi, peut être un job qui ne me plaisait pas et des choix que je n'assumais pas, j'ai arrêté de m'alimenter. Pendant des mois, je me suis nourris exclusivement de compotes et de jambon de dinde. J'ai perdu mes kilos en trop et même ceux qui ne l'étaient pas. Je pleurais sur le balance en voyant les chiffres continuer à descendre. Pour autant, dans le miroir, c'était toujours cette fille grasse que je voyais. Certains ont essayé de m'aider. De me parler gentiment et de me montrer qui j'étais. Je n'ai pas su voir à l'époque. J'ai saboté volontairement des amours naissantes. 



Le cap des trente ans et la maturité m'ont aidé à prendre conscience et à m'accepter telle que je suis.


La trentaine bien tassée, du jour au lendemain, j'ai fais le tri dans mes amitiés et écarté les personnalités négatives ainsi que les amours toxiques. J'ai changé mon mode de vie en m'astreignant une discipline. Jusqu'àlors j'étais pour beaucoup : celle qui ne supporte pas les contraintes. Ce fut une période d'effort mais ma découverte du végétarisme associé à une activité physique (marche & fitness) fut une totale révélation ! Bien plus à l'aise dans ce style de vie, j'ai pris conscience de mon corps et doucement, j'ai appris à l'apprécier à sa juste valeur. En parallèle, petit à petit, j'ai réussi à me détacher du regard de mes proches. J'ai enfin réussi à ne plus accorder d'importance démesurée à ce que ma famille pouvait penser de moi. J'ai réussi à ne pas avoir peur de leur jugement sur mes choix de vie, mes amitiés et mes coups de cœur. J'ai appris à ne pas leur donner de prise sur ma vie. 

Même si cela a pris de nombreuses années, aujourd'hui, je suis fière de dire que je suis intelligente ET belle. A 40 ans, j'affiche ma féminité par petites touches. Je me maquille de façon naturelle et je porte des décolletés et des tenues de femme. J'ai laissé derrière moi les vêtements masculins qui masquent mes formes. J'ai laissé pousser mes cheveux et désormais dans les magasins plus personne ne m'appelle 'Monsieur'. J'ai compris que mon corps n'est pas honteux et qu'il mérite que je le respecte. J'ai surtout compris que mon corps n'était pas mon ennemi. Il est plein de défauts mais c'est ce qui fait que je suis moi et aujourd'hui, pour rien au monde, je n'en changerais !




A lire également

2 commentaires

  1. Beau témoignage qui se termine bien, malheureusement ce n'est pas le cas pour d'autres. La société nous montre une image de femme parfaite, mince...bref! la poupée Barbie, mais dans la vraie vie nous sommes comme la nature nous a faite et souvent avec des défauts. Faites du sport, manger équilibré, de la méditation pour que l'esprit soit en harmonie avec le corps, c'est important d'être bien dans sa tête le reste suivra mais je pense qu'il faut savoir se détacher du regard des autres et des esprits critiques. Bon courage à toutes, bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton message tout à fait juste sur la société et les clichés véhiculés ainsi que sur les méthodes simples pour se sentir bien !

      Supprimer

Plan du blog

 PositiveTonCorps                          Funbody                           Raconter son histoire         Le blog
Faire la paix avec son corps           Exercices                          Les témoignages                Concept          
Se sentir belle                                 Comptes à suivre              Témoigner                         Ecrire sur le blog
Accepter son corps                          Citations inspirantes
                                                         Micro trottoir