Marie, 27 ans

juin 28, 2017


Depuis toujours, Marie se voit grosse. Entre souffrance et acceptation, elle partage son témoignage.

▼▲▼



Aujourd'hui je suis grosse. Et je crois que je ne l'ai pas toujours été.

J'ai fait le choix de ne pas m'attarder sur le passé car c'est une histoire assez commune. Si je devais la résumer, je dirais que j'ai toujours cru être grosse, hors des standards, avec des petits bourrelets et que le tout était un frein à mon épanouissement.

Bien entendu, si je me pensais comme telle c'est parce que je le voyais dans le regard des autres, parfois chez ma famille. Récemment j'ai retrouvé une photo de moi à 18 ans. Si seulement je pouvais parler à celle que j'étais... pour changer son regard et pour que mon moi d'autrefois apprenne à s'aimer.

En fait, je m'interroge. C'est quoi être "gros" ? Un chiffre ? Une taille ? Un physique? Je ne sais pas.

J'ai fait subir des misères à mon corps. J'ai fait un régime drastique, j'ai perdu beaucoup de poids et j'en ai repris encore plus. J'ai eu des troubles du comportement alimentaire, crise de boulimie et compulsions. J'ai de la cellulite, des grandes vergetures sur le ventre et des cicatrices. Je ne les aime pas, mais je vis avec, j'apprends. Elles font partie de mon histoire, elles racontent quelque chose. Et là encore, je relativise.

▼▲▼


En janvier 2016, j'ai pris une bonne résolution. Faire la paix. Faire la paix avec moi, avec mon corps, avec mon gras, avec la nourriture avant tout. J'ai rencontré un professionnel, un diététicien, et c'est pour moi la rencontre de l'année. J'aimerai beaucoup qu'il sache à quel point il m'a fait du bien.
Apprendre à manger, non merci ! j'en ai déjà vu des tas des diététiciens, à peser ma nourriture, à manger des légumes et des fruits, et à continuer de grossir.

Il ne m'a jamais pesé, jamais demandé mon poids, mais il me demandait "pourquoi" ? Et il m'a laissé pleurer. C'était la première fois que quelqu'un me disait que oui, j'avais des troubles du comportement alimentaire. Ca a été un soulagement, je devais apprendre à vivre avec, ça fera toujours parti de moi, mais je peux être en paix avec ça. Et c'est le cas maintenant.

Je n'ai pas maigri, mais je n'ai pas grossi. Je mange ce que je veux, quand je veux, j'ai retrouvé la satiété (même qu'au début je pensais que j'allais mourir quand j'ai retrouvé le sentiment de la faim...). Nos entretiens sont terminés aujourd'hui. On ne se voit plus parce que l'objectif de cette thérapie comme je l'appelle était rempli. J'étais en paix !


▼▲▼


Alors aujourd'hui, il y a des jours où je suis bien dans ma peau, d'autres où elle est un peu trop grande pour moi. Alors, je patiente, je prends soin de moi, demain sera un autre jour.

Des fois j'aimerai bien maigrir, mais je n'y arrive pas. J'ai pas vraiment le courage, et je me dis "on verra".

J'ai surtout compris que je ne serais pas plus heureuse avec 10 kg en moins. Que ma vie c'était maintenant, que je ne devais pas attendre de vivre. Il n'y a que moi qui sait ce qui est le meilleur pour mon corps. Il n'y a que vous qui pouvez savoir ce que vous devez faire. Il n'y a que vous pour être en paix avec votre corps. Ne laissez pas les autres décider pour vous.




Découvrir un peu plus Marie sur son blog : Plumpy Marie

A lire également

1 commentaires

  1. le plus difficile est la constance : faire la paix avec son corps ne veut pas dire que nous n'aurons pas des jours où nous ne nous aimons pas. Merci pour ton article :)

    RépondreSupprimer

Plan du blog

 PositiveTonCorps                          Funbody                           Raconter son histoire         Le blog
Faire la paix avec son corps           Exercices                          Les témoignages                Concept          
Se sentir belle                                 Comptes à suivre              Témoigner                         Ecrire sur le blog
Accepter son corps                          Citations inspirantes
                                                         Micro trottoir