Kat & miss K, 36 & 12 ans

juillet 05, 2017

Temoignage mère et adolescente rapport au corps

Du haut de ses 12 ans, Miss K entretient un rapport serein avec son corps, pourtant elle reconnait que ce n'est pas le cas de toutes les adolescentes. De son côté, Kat, sa maman, revient sur ses années collèges et sur son parcours pour nous dire que la perfection n'est pas un but à atteindre puisqu'elle n'existe pas.



▼▲▼

Miss K, 12 ans

Moi je fais partie des ados qui se sentent bien dans leur peau mais ce n'est pas le cas pour tout le monde. A cette période, "l'adolescence" notre corps change, nos attitudes, notre façon d'être...Et c'est pour cela que certaines personnes ne s'aiment pas comme elles sont. On pense toujours que c'est le physique qui compte, mais en fait non.

Ce qui compte c'est la personne que l'on est. 

Lorsqu'un ado voit une nouvelle personne ( dans un cours sportif, collège, lycée..) il va d'abord regarder le physique et faire quelques " analyse" de la personne, il va déduire si il peut aller lui parler ou pas, je ne trouve pas ça juste car chacun est comme il est.

Parfois ce physique peut être trompeur et ne pas décrire la personne. Les personnes qui se font rejeter à cause de leur physique se disent qu'ils doivent changer des choses pour être comme les autres veulent, mais non, ce qui compte ce n'est pas le regard et l'avis des autres. Ce qui compte c'est son propre avis de se sentir bien dans sa peau. Moi le matin je m'habillais pour savoir si ça allait plaire ou pas, mais je me suis rendu compte que le regard des autres importe peu et que ce qui est vraiment important c'est mon avis personnel.

Alors un conseil, oublie le regard des autres, garde les avis positifs et qui t'encouragent à rester comme tu es et comme tu le veux puis jette les mauvais avis qui te rabaissent parce que tu n'es pas comme ils veulent.

Accepte toi et tout sera gagné !



▼▲▼


Temoignage adolescence


▼▲▼

Kat, Maman K - 36 ans

Miss K a fait dernièrement un spectacle avec son collège, le principe simple et tellement louable : présenter ce que l’on veut faire : danse, piano, guitare, gymnastique, chant etc. etc.

J’ai vu défiler devant mes yeux plus d’une soixantaine d’ados tous plus talentueux les uns que les autres… Parfois seuls sur scène devant tout un public de parents attentifs… J’y ai vu des ados complètement en accord avec eux même, peu complexés par leur corps et qui transmettaient leur passion avec vigueur et motivation. Je me disais que je n’aurais sans doute pas pu faire cela à leur âge. Ce sont eux qui ont tout compris : dépasser la peur du ridicule, ne pas se focaliser sur soi-même pour s’ouvrir au monde sans artifice et avec le meilleur d’eux mêmes.

Il y a environ vingt ans et des poussières, c’était moi l’adolescente… 

Je dois avouer que miss K a beaucoup plus confiance en elle que moi à l’époque.

Le regard des autres, la peur du jugement, l’angoisse de la moquerie, c’était plutôt ça mon quotidien. Des cuisses trop larges, des défauts par ci par là, trop grosse, trop maigre…

J’ai passé des années à vouloir modifier ou cacher ce qui me pesait sur l’estime de moi-même, un lourd sac de gros cailloux que je devais porter chaque jour. La perfection, ma perfection n’a forcément jamais été atteinte ! On passe souvent des années, des décennies à être si dures avec nous mêmes.

Grandir, mûrir, devenir maman, nous pousse à modifier notre vision de nous mêmes au fur et à mesure des changements de notre corps.

C’est à travers l’adolescence de nos enfants que nous faisons parfois un flashback vers nos propres années passées.

Les montagnes russes, le yoyo, période de déprimes ou même de dégoût de soi. J’ai beaucoup d’amies dans le même cas que moi : le "je t’aime moi non plus" de moi-même. Toujours trop grosse, trop maigre, trop peu musclée, trop de fatigue sur le visage, ce défaut là, celui-ci, parfois on retombe aussi dans l’adolescence.

Des régimes à volonté, des périodes de jeun, des périodes de stress intenses, la déception, la frustration et la tristesse de se situer dans un corps qui ne correspond plus à ce que l’on voudrait. Prisonnière des diktats de la mode et des gabarits de beauté trop calibrés et aseptisés…

Et puis un jour : dire merde à la standardisation, se dire qu’il y a aussi des atouts en nous, valoriser ce que l’on aime, reprendre soin de soi, se pomponner et retrouver confiance! L’image que l’on a de nous même influe sur notre perception profonde de nous, apprendre à s’aimer vraiment rend plus forte et nous permet de nous embellir tous les jours d’avantage... aimer, sourire, rire… et ne plus se focaliser sur des choses que bien souvent les autres ne voient pas du tout !

Ce corps n’est pas lisse, pas non plus galbé, sculpté, musclé… and so what ?


Laissons la perfection au monde du cinéma ne jouons pas le jeu des icônes photoshopées à outrance. S’accepter soi même c’est s’ouvrir au monde, c’est vivre tout court…

Pendant des années je me suis dit « ah je mettrai bien ça quand j’aurai maigri, j’achèterai ça quand j’aurai perdu du poids, ça ne m’ira pas aussi bien que si j’étais mince…Pendant ce temps les minutes et les heures s’envolent, les jours et les années défilaient sur moi.

Finalement armée de mon sourire, de mes talons et de mon décolleté, je trouve que la fille du miroir n’est pas mal du tout ! Et ça sincèrement ça change vraiment la vision que l’on a du monde et que le monde a sur nous aussi! Audrey Hepburn disait « La beauté d’une femme n’est pas dans les vêtements qu’elle porte, la figure qu’elle affiche ou la manière dont elle se coiffe les cheveux. La beauté d’une femme se voit dans ses yeux car ils sont la porte de son cœur, l’endroit où réside son amour ». Prendre confiance en soi, s’estimer de nouveau c’est un peu comme un pouvoir magique qui permet de distribuer des paillettes dans sa tête et auprès des autres personnes que l’on côtoie. Tout est question d’état d’esprit, les personnes en face de nous ne voient généralement pas ce que nous n’aimons pas chez nous. Je n’aime pas les fruits calibrés de supermarché trop parfaits et sans saveur… je préfère un fruit atypique chez le primeur qui la plupart du temps se savoure bien plus !
Par ailleurs, photographe de métier, je vois passer beaucoup de personnes dans mon studio qui ne s’aiment pas et qui me confient souvent « de toute façon je ne suis pas belle en photo », une fois un sourire posé une attitude plus décontractée, ces personnes là ne tiennent plus le même discours face à leur image.

Pétillons (plus que le champagne!), dansons (même mal), rions (même fort), chantons (même faux!)…mais arrêtons de passer à côté de l’essentiel pour des détails qui n’ont pas leur importance.



Temoignage mere fille ado

Temoignage mere fille
Credits photos ©mamazelle

A lire également

0 commentaires

Plan du blog

 PositiveTonCorps                          Funbody                           Raconter son histoire         Le blog
Faire la paix avec son corps           Exercices                          Les témoignages                Concept          
Se sentir belle                                 Comptes à suivre              Témoigner                         Ecrire sur le blog
Accepter son corps                          Citations inspirantes
                                                         Micro trottoir